Frère, regarde hors de la maison :
Un de tes fils travaille à ta moisson,
Mais l’autre gît dans une prison.

Pourquoi rester dans ta maison
Sans t’occuper de la « Moisson »
Sans visiter l’homme en prison ?

Des murs protègent ta maison,
Tes champs et ta moisson,
Mais de hauts murs cernent la prison.

Moi je n’ai pas de maison,
Je n’ai pas part à la moisson,
Je n’ai que vie dans la prison.

Je suis celui qui quitte les maisons,
Celui qui pille les moissons,
Celui qui pleure dans ma prison.

Comment venir dans ta maison,
Comment servir pour tes moissons,
Comment sortir de cette prison ?

Dieu n’a pas de maison,
Dieu fait lui-même ses moissons,
Dieu m’a visité dans ma prison !

Retour à la liste des poèmes de Michel Charon