O MARIE ! O MA MERE

 De tous temps, des baladins
Vous ont chantée, ô ma reine
Et même, si je ne suis pas du gratin,
Je veux vous épargner la peine
D’omettre de chanter un refrain,
Remerciant des cieux la reine.

Chaque jour où Dieu donne le pain,
Vous faites tomber les chaînes
De ceux que le maudit grappin
Harcelait de sa terrible haine,
Libérant du soir au matin
Celui qui souffre et celle qui peine.

Rien au dessus de Jésus souverain,
Sinon son père qui nous aime,
Distribuant son esprit saint
Par vos mains de souveraine,
Pour vous je chante ce refrain :

O MARIE ! O MA REINE ! AMEN !

Retour à la liste des poèmes de Michel Charon