MON CIEL, C’EST MARIE

 

Le oui de Marie après la salutation angélique,
Sa course pour rejoindre sa cousine extatique,
Ses mots pour dire que Dieu est magnifique,
Nous laissent imaginer une foi énergique.

Réjouis-toi bienheureuse Marie,
Jésus ton enfant est béni.

La naissance de Dieu dans la grotte séraphique,
La conversion des visiteurs autrefois hérétiques,
L’adoration des mages bouleversant leur éthique,
Nous disent d’abandonner le monde des sceptiques.

Réjouis-toi bienheureuse Marie,
Jésus ton enfant est béni.

Au temple elle présente son fils aux docteurs bibliques,
Elle reçoit dans son cœur les paroles prophétiques,
Puis cherche Jésus durant les trois jours symboliques ;
Enfin elle nous dit, « faites tout ce qu’il vous indique ».

Sous tes yeux, douloureuse Marie,
Jésus sur la croix s’humilie.

Elle part à sa suite pour la course évangélique,
Reste à ses côtés lors des grandes polémiques,
Offre au Père les souffrances d’une croix inique,
Marie prie Dieu avec son fils, son Unique

Sous tes yeux, douloureuse Marie,
Jésus sur la croix s’humilie.

L’Esprit Saint, peaufinant la dernière harmonique,
Vient, fonde et irrigue notre Eglise mystique ;
Il agit en anticorps et Marie en antibiotique ;
Par ses apparitions, Elle confirme l’église catholique.

Exulte et chante glorieuse Marie,
Jésus dans sa joie t’introduit.

Retour à la liste des poèmes de Michel Charon