DOCTEUR HYDE ET MONSIEUR JECKILL

(Oraison funèbre pour Stéphane)

Docteur Hyde m’habille d’un pyjama bleu.
Monsieur Jeckill signe l’internement placé sous ses yeux.
Docteur Hyde, ce médecin qui se montre si peu,
Pour chaque patient invente un nouveau jeu.

Docteur, de quoi suis-je malade, demandais-je, obséquieux ?
– Malade ? Mais mon petit, vous vous prenez pour Dieu !
– Mais non, de lui je suis seulement follement amoureux.
– Voila bien le malade que je soignerai de mon mieux.

Quelques potions et cet amour sera moins langoureux,
Et ma bonne piqûre vous rendra moins malheureux
Quelques rondes de pendule d’un sommeil comateux
Et je garantis qu’au réveil, vous oublierez ce passé douloureux

Si la maladie persiste, je dois faire l’aveu
Que les électrochocs finiront de tuer Dieu
Pour un coût beaucoup moins onéreux
Car vous guérir, le voilà notre seul enjeu.

Cher Stéphane du Face a Face généreux,
Tu as choisi de monter seul aux cieux,
« Suicidé », Monsieur Jeckill, les amis de Dieu
Te recommandent au seul Miséricordieux.

Retour à la liste des poèmes de Michel Charon